Axe de travail de l’IIJ sur les mécanismes d’orientation : Programmes d’intervention multi-acteurs fondés sur l’État de droit pour la prévention de l’extrémisme violent – Consultations virtuelles de développement curriculaire pour les praticiens

Jul 08 2020
(0) Comments

Du 23 au 26 juin 2020, l’IIJ a organisé cinq consultations en ligne pour 59 praticiens de 15 pays ayant une expérience dans la conception et la mise en œuvre de programmes multi-acteurs dans la prévention et la lutte contre l’extrémisme violent (P/CVE), et plus particulièrement dans les mécanismes d’orientation.

La collaboration multisectorielle et multi-niveau au sein de chaque pays est de plus en plus reconnue par les décideurs politiques et les praticiens comme étant un outil important pour identifier, intervenir, réorienter et soutenir les personnes considérées comme « vulnérables », « à risque », sur la voie de la radicalisation vers l’extrémisme violent et/ou ayant exprimé leur volonté de s’engager dans des activités terroristes, sans avoir pour autant commis de crimes.

RM1

L’une de ces formes de collaboration porte le nom de « mécanismes d’orientation ». Ces derniers impliquent un ou plusieurs intervenants locaux, tels des assistants sociaux, des agents de santé, des guides religieux, des membres de famille et des organisations de la société civile (OSC). Ils permettent de mobiliser des personnes qui peuvent être mieux placées pour mener une intervention efficace et préventive puisque possédant une compétence, une expertise, une crédibilité ou une légitimité particulière que les forces de l’ordre locales ne disposent pas. Ces parties prenantes peuvent contribuer à combler le fossé lorsqu’un cas préoccupant a été identifié, mais pour lequel une action répressive n’est pas appropriée.

Conscient de l’efficacité de ces mécanismes, l’IIJ, avec le soutien de l’Union européenne, travaille à l’élaboration et à la conduite d’un programme de formation unique en son genre pour accompagner le développement et la mise en place, dans le monde entier, de plateformes d’intervention plurilatérales en matière de prévention et de lutte contre l’extrémisme violent.

Un atelier d’experts organisé à Copenhague, au Danemark, les 26 et 27 février 2020 a été le premier événement de ce projet. Organisée en coopération avec le Danish Centre for Prevention of Extremism (Centre danois pour la prévention de l’extrémisme), la réunion visait à identifier les composantes clés de la formation et autres éléments de renforcement des capacités à inclure dans ledit programme de formation.

RM1

Les observations collectées à Copenhague ont permis d’élaborer une première version du programme de formation, laquelle repose sur divers éléments : a) cadres juridiques et administratifs ; b) rôles et responsabilités ; c) partage d’informations et autres formes de collaboration ; d) évaluation des risques, des besoins et des capacités ; e) conception de programmes d’intervention efficaces ; f) instauration d’un climat de confiance et atténuation de la stigmatisation ; g) durabilité ; et h) suivi et évaluation.

L’objectif des consultations en ligne organisées du 23 au 26 juin 2020 était de présenter et de discuter de cette première version, d’identifier ses forces et ses faiblesses, et de suggérer des améliorations tant au niveau de son contenu que de sa structure.

Les cinq réunions de deux heures et demie chacune ont rassemblé divers groupes d’experts sur le sujet, qui ont échangé leurs points de vue sur la théorie du changement proposée, les messages clés et la méthodologie employée et ont formulé des recommandations quant au choix des participants à la formation.

RM1

Grâce aux commentaires recueillis, l’IIJ a pu réviser son projet et travaille à présent à en faire un programme de formation, qui sera testé au cours du dernier trimestre 2020 dans au moins deux pays avant d’être révisé, finalisé et publié.