IIJ Initiative justice des mineurs : Atelier sectoriel pour les procureurs et les magistrats instructeurs

Starting Date2019-07-16 Ending Date2019-07-18

Les 16-18 juillet 2019, l’IIJ a organisé à Malte un atelier sectoriel pour les procureurs et magistrats instructeurs dans le cadre de l’Initiative de justice des mineurs – une des huit Initiatives principales de l’IIJ. L’atelier sectoriel a réuni 51 procureurs, juges d’instruction et présentateurs de 22 pays d’Afrique, d’Asie, d’Europe, du Moyen-Orient et d’Amérique du nord. L’atelier a fourni une plateforme à ces praticiens afin qu’ils examinant et appliquent aux expériences nationales les recommandations contenues dans la nouvelle Note de l’IIJ des procureurs praticiens de justice des mineurs (Note des procureurs de l’IIJ) rendant opérationnel le Mémorandum de Neuchâtel du Forum mondial de lutte contre le terrorisme (GCTF) sur les Bonnes Pratiques pour la justice des mineures dans un contexte de lutte contre le terrorisme (Mémorandum de Neuchâtel).  

2

Durant cet atelier interactif, les praticiens ont pris connaissance de la Note des procureurs de l’IIJ, qui comprend dix recommandations, chacune illustrée avec des exemples des pays que sert l’IIJ, sur la manière dont les procureurs et magistrats instructeurs peuvent rendre opérationnel le Mémorandum de Neuchâtel. Cet atelier comprenait aussi des présentations de cas sur des sujets traités dans la Note des procureurs de l’IIJ, y compris les diversions, les confessions par des mineurs et des enquêtes menées par les procureurs. Les praticiens se sont engagés dans des discussions animées durant les sessions de groupes puisqu’ils ont travaillé sur quatre scénarios hypothétiques fondés sur des défis communs rencontrés par les praticiens qui rencontraient des mineurs en conflit avec la loi dans un contexte de lutte contre le terrorisme. Les scenarios hypothétiques suivaient les recommandations dans la Note des procureurs de l’IIJ et ont donné aux praticiens une opportunité de discuter comment leurs pays respectifs utiliseront les bonnes pratiques du Mémorandum de Neuchâtel et les recommandations de la Note des procureurs de l’IIJ dans leurs pays respectifs pour protéger les droits de l’enfant et garantir que les intérêts suprêmes de l’enfant soient une considération essentielle.

2

A la fin de ces trois jours d’atelier, les participants ont partagé leur satisfaction avec les différentes approches qui leur ont été proposées pour traiter les cas impliquant des mineurs. De nombreux praticiens ont montré leur désir d’initier des changements dans les politiques et pratiques en place dans leurs pays respectifs.