Initiative de l’IIJ sur la lutte contre le terrorisme d’origine nationale : Atelier en ligne relative à la mise en œuvre des Bonnes pratiques de Rabat – Washington du GCTF en matière de prévention, de détection, d’intervention et de réponse au terrorisme d’origine nationale – Accent particulier sur la réponse aux attaques terroristes en Asie du Sud et du Sud-Est

Starting Date2021-02-23 Ending Date2021-02-25

Du 23 au 25 février 2021, l’IIJ a organisé le cinquième d’une série d’ateliers en ligne dans le cadre de l’initiative de l’IIJ sur la lutte contre le terrorisme d’origine nationale.

L’atelier a été organisé avec le soutien du gouvernement des États-Unis et a porté sur la réponse aux attaques terroristes en Asie du Sud et du Sud-Est. Des responsables des services chargés de l’application de la loi, des procureurs, des professionnels des médias et des acteurs de la société civile de sept pays d’Asie du Sud et du Sud-Est ont été rejoints par des collègues d’Afrique, d’Europe, des États-Unis et des représentants d’organisations et de réseaux internationaux.

Eu69rW_WYAI4I9J

Le programme de cet atelier en ligne innovant a soutenu la mise en œuvre des Bonnes pratiques de Rabat – Washington du GCTF en matière de prévention, de détection, d’intervention et de réponse au terrorisme d’origine nationale, avec un accent particulier sur les trois bonnes pratiques (BPs 17 – 19) traitant spécifiquement des mesures de réponse :

  • BP 17 : Diffuser rapidement des informations exactes après un attentat terroriste d’origine nationale
  • BP 18 : Éviter toute stigmatisation d’une communauté après un attentat terroriste d’origine nationale.
  • BP 19 : Soutenir des programmes visant à accompagner les victimes de terrorisme et à protéger les témoins
Eu69rW_WYAI4I9J

Au cours des sessions interactives de l’atelier, les praticiens ont partagé les tendances actuelles du terrorisme dans leur pays, les réponses des gouvernements, ainsi que les défis et les bonnes pratiques en matière de réponse post-attaque. Les sessions ont souligné l’importance de développer une stratégie de communication globale, d’éviter la stigmatisation, les représailles et autres formes de radicalisation, de protéger les droits des victimes, et le rôle important des leaders communautaires, tels que les maires, les chefs religieux et les chefs de tribu.

Eu69rW_WYAI4I9J

Cet atelier était centré sur une série d’études de cas pertinentes, notamment les attentats de Pâques au Sri Lanka (2019), l’attaque du complexe Dusit au Kenya (2019), les attentats à la bombe de Jolo aux Philippines (2019), la fusillade de Christchurch (2019), les attentats de New York Chelsea (2017) et l’attaque de la boulangerie Holy Artisan au Bangladesh (2016). Ces études de cas ont fourni un cadre permettant aux praticiens d’identifier et de discuter des défis, des leçons apprises et des bonnes pratiques dans le contexte d’un environnement post-attaque complexe.

Chaque session a été suivie d’un exercice de mise en situation par lequel les praticiens ont appliqué les bonnes pratiques et les connaissances acquises au cours de l’atelier.

Pour plus d’informations sur cet atelier ou sur l’initiative de l’IIJ sur la lutte contre le terrorisme d’origine nationale, veuillez contacter la chargée de programme de l’IIJ, Mme Miriam Shafik