Initiative portant sur la lutte contre le terrorisme d’origine nationale de l’IIJ: Mise en œuvre des bonnes pratiques de Rabat-Washington en matière de prévention, de détection, d’intervention et de réponse au terrorisme d’origine nationale – Conférence mondiale.

Starting Date2019-01-28 Ending Date2019-01-29

Du 28 au 29 janvier 2019, l’IIJ a accueilli plus de cinquante praticiens de la justice pénale à la Valette, Malte, pour l’atelier mondial sur la mise en œuvre des bonnes pratiques de Rabat-Washington en matière de prévention, de détection, d’intervention et de réponse au terrorisme d’origine nationale (Ci-après le mémorandum Rabat-Washington).  Cet atelier, organisé avec le soutien du département d’État américain, sous les auspices de l’IIJ a mis en œuvre l’initiative visant à lutter contre le terrorisme d’origine nationale, une des huit initiatives fondamentales de l’IIJ.

Au cours de cet atelier, les procureurs, les juges, les analystes, les décideurs et les agents de police ont revu le Mémorandum de Rabat-Washington, en mettant l’accent sur les bonnes pratiques s’adressant à la détection et l’intervention du terrorisme d’origine nationale. Les praticiens ont examiné les programmes et les politiques de détection et d’intervention réussis aux niveaux national et régional et ont échangé des idées sur la manière de renforcer l’échange d’informations au niveau national, ainsi que les mécanismes régionaux et internationaux d’échange d’informations pour promouvoir la détection et l’intervention précoces. Les organisations partenaires telles que la Radicalization Awareness Network (RAN) de la Commission européenne et des praticiens du centre de détention néerlandais, la Gendarmerie royale du Canada et la Police Métropolitaine du Royaume-Uni, ont présenté sur les techniques de détection actuelles, notamment l’utilisation des outils d’évaluation de risques et les succès/impacts obtenus.  En outre, les intervenants du Réseau de Prévention de la Violence basée à Berlin, de la Police Métropolitaine du Royaume-Uni, de Al Rabita Al Mohammedia lel Olama du Maroc, du Département de Police de Los Angeles et de l’unité Anti-Radicalisation de Bruxelles, ont informés les praticiens des programmes d’intervention actuels à l’aide d’études de cas réels, démontrant ainsi que l’implication d’acteurs non gouvernementaux et du secteur privé est importante et efficace pour la détection précoce et l’efficacité des interventions.

Le deuxième jour de l’atelier, les praticiens ont travaillé en groupes sur une étude de cas hypothétique, en appliquant et en mettant en contexte les bonnes pratiques du mémorandum de Rabat-Washington.

L’atelier s’était terminé par un ensemble de recommandations générées par les praticiens, qui inclus (mais n’était pas limité à) un besoin de se concentrer davantage sur le rôle de la famille et en particulier des femmes, dans le cycle de la radicalisation, ainsi qu’une demande pour les futurs ateliers, adaptés pour relever les défis régionaux dans le domaine du terrorisme d’origine nationale et offrir l’occasion de discuter en profondeur des interventions innovatrices et des programmes de réhabilitation dans le contexte des cadres juridiques nationaux. L’IIJ a accueilli favorablement les recommandations alors qu’il se préparait pour une série d’ateliers régionaux, pour la mise en œuvre du mémorandum de Rabat-Washington en 2019-2020.

A7305940