Unité académique de l’IIJ : « Contre -Terrorisme / Approfondissement des Connaissances » en ligne (eCTAC)

Starting Date2021-02-02 Ending Date2021-03-12

Du 2 au 26 février et du 12 février au 12 mars 2021, l’IIJ a dispensé en ligne deux nouvelles itérations de son programme « Contre-Terrorisme / Approfondissement des Connaissances » (eCTAC). Ces deux itérations ont été financées par la France, l’un des donateurs fondateurs de l’Unité académique aux côtés du Danemark et des États-Unis.

EtOK-_eXIAI3KXZ

L’objectif de l’eCTAC est d’apporter aux enquêteurs, aux procureurs et aux juges d’instruction les compétences fondamentales nécessaires pour enquêter de manière proactive sur les projets terroristes avant même qu’une attaque ne soit commise. L’eCTAC renforce les connaissances des praticiens en matière de recueil de preuves (électroniques, financières et relatives aux télécommunications), de recours licite et proportionné aux techniques spéciales d’enquête, de coopération interinstitutionnelle efficace et de coopération internationale effective dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

L’Unité académique de l’IIJ a dispensé ces formations avec le concours de deux experts en enquêtes antiterroristes. Chacun des cours a compris deux semaines de tutorat en ligne sur la plateforme d’apprentissage de l’Unité académique, et deux semaines de sessions en direct. Cette méthodologie, connue sous le nom de pédagogie inversée, consiste à renverser les espace-temps de l’enseignement et de l’apprentissage, ce qui a pour effet de transformer les sessions en direct en un environnement d’apprentissage dynamique où les praticiens mettent en pratique les compétences et concepts appris en amont de manière autonome.

EtOK-_eXIAI3KXZ

Les sessions en direct ont inclus pour chaque itération six tutoriels interactifs dispensés en petit groupe (soit 12 au total) sur les thèmes suivants : « Coordination efficace entre les enquêteurs et les procureurs », « Preuves et indices nécessaires à l’appui d’une procédure judiciaire » et « Coopération judiciaire internationale ». Au cours de ces sessions dynamiques, les praticiens ont eu à présenter leur propre plan de coordination antiterroriste, à évaluer les renseignements et décider des actions d’enquête à prendre, et à rédiger une demande d’entraide judiciaire. Les praticiens se sont fortement impliqués et ont affirmé que l’eCTAC leur avait été d’une grande utilité pour leur travail. À la suite du premier cours, M. Matthew Odu Una, Procureur Général au Nigéria, a déclaré que le cours avait eu « un impact considérable… j’ai pris conscience que [les plans de coordination de la lutte contre le terrorisme] ne sont pas quelque chose d’exceptionnel ou de ponctuel, mais qu’ils doivent être établis pour chaque cas et au cas par cas…. Ce fût un tournant important pour moi ».

Le cours eCTAC se compose de trois éléments principaux :

  • 30 exposés et études de cas pré-enregistrés, une bibliothèque en ligne de plus de 75 références, et un manuel contenant des outils pratiques pour mener des enquêtes proactives sont mis à disposition des praticiens
  • Huit sessions interactives en direct, au cours desquelles les praticiens présentent leur plan national de coordination de la lutte contre le terrorisme, testent leur prise de décision stratégique lors d’enquêtes proactives et rédigent une demande d’entraide judiciaire pour le recours à des techniques spéciales d’enquête.
  • Une mise en situation de deux jours au cours de laquelle les participants enquêtent de manière proactive sur un projet d’attentat terroriste transfrontalier visant des infrastructures stratégiques.
EtOK-_eXIAI3KXZ

Au total, ce sont 36 participants (28 hommes et 8 femmes), parmi lesquels des enquêteurs, des procureurs et des juges d’instruction du Burkina Faso, du Cameroun, de la Côte d’Ivoire, de l’Éthiopie, du Kenya, du Mali, du Maroc, de la Mauritanie, du Niger, du Nigeria, de l’Ouganda, de la Sierra Leone, du Somaliland et de la Tanzanie qui ont réussi l’eCTAC et qui peuvent maintenant passer à l’étape suivante : un cours CTAC en présentiel en 2022 sur les poursuites antiterroristes réussies.

EtOK-_eXIAI3KXZ

Les praticiens se sont montrés très positifs dans leurs commentaires et ont notamment apprécié les compléments d’information détaillés qu’ils ont reçus. Ils y décrivent le cours comme étant axé sur la pratique et d’une grande rigueur. « Cette formation était très enrichissante », a fait remarquer Mme Hadiza Malam Manzo, Procureure au Niger. Elle a déclaré à l’IIJ qu’elle « s’engagerait à promouvoir cette merveilleuse formation », affirmant qu’il était « opportun de renforcer les capacités des acteurs de la lutte contre le terrorisme, d’où l’importance de continuer à former nos collègues dans les différents États africains. » De nombreux autres praticiens se sont fait l’écho de ces pensées dans leurs retours d’expérience, espérant que leurs collègues puissent également participer à cette formation ou à toute autre proposée par l’IIJ.